Notre Dame des Landes : un test pour le nouveau Président de la République.

02/06/2017

La constitution du Gouvernement fait craindre que le projet d’aéroport retombe dans le marécage politicien. Car de N. Hulot, opposant au transfert, à E. Philippe, favorable au projet, qui l’emportera ? La désignation des 3 médiateurs ne fait que brouiller les pistes !

Toutes les solutions ont déjà été étudiées et une seule conclusion s’impose : Notre Dame des Landes reste aujourd’hui le « meilleur site envisageable » comme le mentionne le rapport du CGED de mars 2016.

A nous de rappeler dans les mois qui viennent que ce projet a déjà remporté trois batailles :

  • La bataille judiciaire, puisque l’on compte aujourd’hui 178 décisions de justice favorables ;
  • La bataille européenne, puisque la Commission européenne a mis en évidence que sur la loi sur l’eau, sur les directives habitat ou sur les espèces protégées, aucune infraction de l’État n’avait été constatée ;
  • La bataille démocratique enfin : considérer que le « oui » de 269000 personnes vaut moins que le « non » d’une petite minorité d’activistes, ce serait un véritable recul pour notre démocratie.

Si le pouvoir d’une médiation est supérieur à celui des juridictions, si la décision d’un médiateur prime sur celle des électeurs, alors il n’y a plus de véritable démocratie !  Nous demandons donc des éclaircissements au Gouvernement sur cette médiation. S’il s’agit de faire respecter la consultation en faisant baisser la tension, nous l’appuierons. Mais s’il s’agit d’une opération camouflage pour une retraite en rase campagne, nous ne l’accepterons pas.

N’en doutons pas, Notre Dame des Landes constitue un premier test pour le nouveau Président de la République : soit il se couche devant les zadistes, soit il se dresse contre ceux qui cassent et menacent. Soit il agit en véritable chef d’Etat, soit il renonce à faire respecter l’état de droit. Mais il ne peut y avoir d’ « en même temps » sur ce sujet.