Le gouvernement doit définitivement entendre la colère des gilets jaunes et renoncer à la hausse des taxes

03/12/2018

La colère des Gilets jaunes est la manifestation très concrète d’une profonde fracture entre le
Gouvernement et les Français. Cette colère, il faut l’entendre car elle est le reflet de la réalité quotidienne
que vivent de très nombreux habitants de nos territoires ruraux et périurbains. C’est un vrai cri d’alarme
de ceux qui travaillent et sont obligés de se loger toujours plus loin de leur lieu de travail, de ceux qui
subissent de plein fouet toutes les hausses de taxe, de ceux qui payent toujours plus et qui reçoivent si
peu en retour.

Je comprends la colère et l’exaspération de ceux qui manifestent. Elle est légitime, il faut l’entendre, tout
en veillant à ce que les blocages ne pénalisent pas les nombreux salariés, artisans et commerçants qui
souffrent eux aussi de la baisse de leur pouvoir d’achat et en condamnant toutes les formes de violences.
Les solutions concrètes, c’est sur le terrain des idées et du dialogue que nous réussirons à les apporter.
Visiblement, le Président de la République, lui, ne l’a toujours pas compris.

Il reste sourd face à l’exaspération des Français. Ce matin, il a non seulement confirmé la hausse des taxes
en indiquant simplement que les futures hausses seraient vaguement adaptées au prix du pétrole. Mais
surtout il continue à opposer les Français entre eux : ceux qui seraient pour l’environnement et ceux qui
seraient contre la hausse du prix du carburant.

C’est absurde et dangereux !

Aujourd’hui l’urgence est de redonner confiance aux Français en leur redonnant de la liberté et du
pouvoir d’achat. C’est pourquoi le Gouvernement doit purement et simplement supprimer la hausse des
taxes sur le carburant.

Ce n’est qu’au prix de cette confiance retrouvée que nous parviendrons à faire de la prise de conscience
environnementale, une réelle opportunité de développement pour nos territoires. Je crois à une écologie
positive et non punitive, une écologie qui incite et pas une écologie qui contraint toujours plus comme
le fait le Gouvernement.

Nous défendons cette vision dans les Pays de la Loire en investissant d’une part 120 millions d’euros sur
les routes pour favoriser la mobilité de tous les habitants et le développement de tous nos territoires,
notamment ruraux ; et en mobilisant d’autre part plus de 350 millions d’euros d’ici 2021 afin notamment
de tripler notre production d’énergie renouvelable, de rénover énergétiquement plus de 100 000
logements et d’encourager la mobilité durable par l’exonération de taxes sur la carte grise pour les
véhicules électriques, le développement des bornes de recharge rapide ou les nouvelles stations bioGNV.

Le défi écologique doit être une opportunité créatrice d’emplois et de richesses pour tous, et non l’alibi
d’un matraquage fiscal !

Christelle Morançais
Présidente du Conseil régional des Pays de la Loire