Budget régional 2016

01/02/2016

Premier budget de la nouvelle majorité régionale, cet acte budgétaire, qui retrace l’ensemble des dépenses et des recettes de l’année, fut adopté dans un contexte qu’il est nécessaire de rappeler :

  • Une attente forte des Ligériens qui, par leur vote, ont exprimé leur souhait d’une action régionale plus efficace
  • Un renforcement des compétences des régions à travers la loi NOTre, faisant ainsi de notre collectivité un acteur de premier plan dans la lutte contre le chômage
  • Un chômage des jeunes qui s’est accru les dernières années
  • Des interrogations concernant la stratégie financière adoptée par la précédente majorité et ses conséquences sur notre propre stratégie.

Ce que nous proposons dans ce budget, c’est de mettre fin à la fuite en avant budgétaire tout en engageant des actions qui porteront notre empreinte au regard des enjeux majeurs de cette nouvelle mandature. Faire face aux urgences et préparer l’avenir, tels sont les piliers de ce budget 2016 : plan d’actions prioritaires pour l’agriculture, Grenelle de l’apprentissage, programme de formations courtes, Pacte pour la ruralité, élaboration d’un schéma routier, nouvelle stratégie européenne, schéma économique régional …

La nouvelle majorité avait affirmé sa volonté de faire de la Région une arme « anti-crise », ce budget en est la première illustration.

 


Bruno Retailleau dénonce le demi-milliard d’euros

de dette cachée laisse par l’ancienne majorité !

La préparation des orientations budgétaires a mis à jour une situation financière laissée par l’ancienne majorité qui était inimaginable et qui met gravement en péril la capacité d’investir du Conseil régional.

Certes, je m’attendais à devoir assumer un héritage financier extrêmement dégradé, avec une dette de 1,4 milliard d’euros et des restes à payer dans les prochaines années de 2,2 milliards d’euros. C’est le résultat d’un emballement budgétaire qui a conduit la collectivité à quadrupler son emprunt en seulement 5 ans.

C’est pourquoi dès mon élection, j’ai lancé un audit budgétaire, dont je viens d’avoir les premiers éléments et qui montre déjà que l’opacité était la règle de conduite de la précédente majorité.

J’ai en effet découvert avec stupéfaction que la situation était encore pire que ce que j’imaginais, avec un dem imilliard d’euros de dette cachée. Il s’agit d’engagements de la précédente majorité qui sciemment n’a pas budgété la totalité des montants correspondants à ces annonces.

Concrètement, il s’agit d’une étrange pratique de l’ancienne majorité qui consistait à ne pas faire voter les élus sur la totalité des autorisations de programme relatives à une opération d’investissement. Ce fut le cas notamment pour la plupart des dernières constructions des lycées.

Par ailleurs, il existait, fin décembre 2015, près de 85 millions de paiements en souffrance correspondant à des dossiers complets de subvention qui n’avaient pas été payés faute de crédits suffisants.

Je dénonce cette dette cachée irresponsable, qui s’écarte des règles de transparence démocratique et bloque la possibilité d’un pilotage stratégique du budget régional.

La poursuite des investigations du cabinet d’audit nous dira rapidement si d’autres anomalies de ce type se cachent dans les comptes du Conseil régional.

Dans les prochaines semaines, je vais donc mener une opération vérité sur les comptes du Conseil régional, afin de pouvoir construire un budget qui soit à nouveau sérieux et crédible. Seul ce travail nous permettra de dégager les marges de manœuvre nécessaires à la mise en œuvre du projet pour lequel les Ligériens nous ont élus.

Bruno Retailleau

Président du Conseil régional des Pays de la Loire